2014

Jean-Charles de Castelbajac X Fête des Lumière / LYON

Jean-Charles de Castelbajac, grand invité de la Fête des lumières 2013, a imaginé pour la cour de l’hôtel de ville son paradis perdu, Lost Paradise. Présentation vidéo par Lyon Capitale, avec son créateur.

Pour la Fête des lumières à Lyon, le créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac s’est lâché, avec une œuvre très spirituelle mais aussi très jeune. Il a investi la cour de l’hôtel de ville avec son jardin d’Eden. Une constellation d’étoiles est projetée au sol, création de son fils Guilhem, photographe, résidant à New York.

De la verdure artificielle grimpe le long des murs, et au-dessus de la fontaine, parmi les plantes vertes, s’inscrit en néon cette phrase tirée d’une chanson de Bob Dylan : “I’m getting dark, too dark to see I feel like I’m knocking on the Heaven’s door.” La musique est très importante dans cette création, avec ce gimmick – Lugdunum – qui revient sans cesse. La bande-son est l’œuvre du complice de Castelbajac, Mr Nô, jeune Clermontois prodige de la techno, dont la famille est en partie originaire de Lyon.


Jean-Charles de Castelbajac X Paradiski

Deuxième plus grand domaine skiable relié au monde, PARADISKI réuni les domaines des Arcs/Peisey-Vallandry et de la Plagne pour vous offrir une expérience de ski absolue et une variété de terrain infinie.

Pour marquer cet anniversaire, PARADISKI a demandé au créateur Jean-Charles de Castelbajac de décorer son téléphérique, le Vanoise Express. Le célèbre agitateur d’idées et artiste mondialement connu habillera d’une création unique les deux télécabines, à découvrir dès l’ouverture de Paradiski, le 21 décembre 2013.

 


2013

2012

2011

SAMSUNG X JEAN-CHARLES DE CASTELBAJAC // LA CONCIERGERIE PARIS

C’est pour communiquer sur la tablette de Samsung, la Galaxy Tab et mettre en avant son usage créatif que Samsung et Cheil ont pensé à Jean-Charles de Castelbajac . Le créateur qui se définit lui même comme « archéologue et ghostbuster… passionné d’histoire et Geek  » a confectionné une œuvre sur une toile de 600 m2 sur la façade de La Conciergerie.
Pendant 9 jours, le créateur a donné vie, sur la bâche installée sur la façade en réfection de la Conciergerie sa vision du monument à l’intérieur de l’écran de la GalaxyTab. Une création en live, retransmise et suivie par le grand public.
La bâche finalisée a été dévoilée le 15 septembre.
Et, pour prolonger l’opération, l’œuvre a été récupérée à la fin de son exposition pour être vendue aux enchères sur internet, en plusieurs parties signées par l’artiste. Les fonds récoltés ont été versés au profit de la rénovation des monuments de la ville de Paris.